Jardinage ou maraîchage, agriculture urbaine ou péri-urbaine?

Il nous semble nécessaire d’expliquer les differences entre des jardins / potagers urbains et une activité d’agriculture ou de maraîchage urbain.

On peut parler de jardinage quand notre but est l’auto-production et/ou la production à une fin sociales, la cohesion et la participation citoyenne, la détente et la verdurisation urbaine.

Mais l’agriculture, comme l’indique son étymologie ( de « ager » = champ et « cultura » = culture qui lui vient du verbe « colere » = cultiver ), concerne la culture des champs. Ce qui comprend donc le maraîchage (culture de légumes et fruits), mais aussi les céréales et l’élevage d’animaux.

Aussi il serait plus approprié de parler de « maraîchage urbain » plutôt que « d’agriculture urbaine » si on fait référence à la production de légumes.

Une autre différence de taille entre jardinage et agriculture est la commercialisation de la production en vue d’obtenir un revenu.

Préciser cela peut aider à comprendre le but d’un projet : certains visent à être générateurs d’un revenu, mais ne le sont pas encore, d’autres n’ont pas cet objectif depuis le début, soit parce que la surface ne le permet pas, soit parce que leur but est ailleurs, dans la sensibilisation par exemple.

Une activité qui produit pour vendre nécessite plusieurs année d’expérience pour être rentable, surtout si elle utilise des méthodes de culture nouvelles.

Il nous semble important de considérer l’agriculture péri-urbaine, car la quantité de terrain disponible en pleine terre est supérieure, et, en restant à une distance accessible en vélo, cela permet de maintenir le lien entre producteur et consommateur.